Aller au contenu

« Objectif Doctorat. Réussir sa thèse, financer son doctorat » (dispositif CIFRE)

Demi-journée organisée par la DRED (Direction de la Recherche et des Etudes Doctorales) de l’Université Paris Ouest-Nanterre la Défense

Amphi Max Weber, 28 février 2017

compte-rendu

 

La demi-journée organisée le 28 février 2017 par la DRED et par Frédéric Beaumont du pôle « Mobilité professionnelle des doctorants » a eu pour objectif de présenter le Doctorat et les différentes possibilités de le financer, en direction des Masterants et des (futurs) Doctorants. Elle s’est avérée un moment d’échange fructueux entre les intervenants et les nombreux participants.

 

Deux temps forts ont marqué cette demi-journée : d’une part, la présentation du dispositif CIFRE qui permet aux doctorants de mener leurs travaux en étant salariés d’une structure/entreprise… et d’autre part, la présentation de l’écosystème doctoral en même temps que les financements universitaires (contrats doctoraux, bourses, aides à la mobilité…).

Chaque présentation a fait intervenir des personnalités tantôt du monde socio-économique, tantôt du monde académique, et a été suivie de retours d’expérience ou de témoignages pour les deux types de financements, en même temps que de réponses aux questions des participants :

 

I.             Table ronde « Dispositif CIFRE »

 

  1. Présentation du dispositif par Philippe Gautier, chef de service adjoint de l’ANRT (Association nationale de la recherche et de la technologie).
  2. Présentation du Groupe PSA-Peugeot Citroën et du réseau StelLab, par Mihai Socoliuc, responsable des communautés scientifiques.
  3. Témoignage de Marie-Laure Cuisance, premier contrat CIFRE à l’université de Nanterre, avec l’entreprise Axa et une thèse en psychologie soutenue en oct. 2016.

 

II.           Table ronde « Ecosystème doctoral et les financements académiques »

 

  1. Présentation de l’écosystème doctoral par Gerard Leboucher, président du Collège des écoles doctorales.
  2. Contrats doctoraux et d’autres aides financières, par Christine Marin, responsable du Service des écoles doctorales.
  3. Témoignage de Maud Lemercier, contrat doctoral pour l’ED 139.
  4. Listing de quelques autres financements, par Frédéric Beaumont, en charge de la mobilité professionnelle des doctorants.

 

 

 

 

 

I.             Table ronde « Dispositif CIFRE »

 

  1. Présentation du dispositif par Philippe Gautier, chef de service adjoint de l’ANRT (Association nationale de la recherche et de la technologie).

 

Sont abordées les questions liées à la nature et aux conditions de la signature de ce type de dispositif, né en 1981 de la volonté de rapprocher le monde de l’entreprise et celui académique, et de permettre un transfert réciproque des valeurs entre eux.

 

De l’exposé et des questions posées par les participants se dégagent les points principaux suivants :

– Pour le Doctorant, un statut salarié, avec un contrat de travail (CDD sur 3 ans ou CDI) et en consacrant 100% de son temps à sa recherche.

– Un dispositif qui correspond à une sorte de “ménage à trois“ : convention ou « Contrat de collaboration » signé entre la structure/l’entreprise et le laboratoire (le Doctorant et son directeur de recherche), contrat par la suite soumis à deux expertises : l’une dite “économique“ et la seconde scientifique, par lesquelles les responsables du CIFRE à l’ANRT évaluent l’intérêt des demandes, avant de les valider ou rejeter (possibilité de recours).

L’importance du choix du sujet et du directeur de recherche, ce dernier qui se trouve parfois en communication avec l’entreprise. L’idée est de soumettre à l’entreprise des thèmes de recherche à explorer plutôt qu’un sujet, qui seront longuement mûris et discutés avec le DRH et les divers acteurs de la convention, afin de trouver des lieux communs, des affinités ou au moins un intérêt commun pour les diverses parties, à travers la recherche qui sera menée.

Conditions : pour le dépôt du dossier ne pas dépasser 9 mois après l’inscription en thèse (jusqu’en juin) ; toutes nationalités ; tout laboratoire de recherche ; toutes disciplines y compris sciences humaines et sociales ; pour l’entreprise, est éligible toute structure française, grande ou petite (PME) en dehors de l’Etat (collectivité territoriale, association, ONG, organisateurs de festival, centre hospitalier mais non CHU, banques, cabinets de conseil, agence de notation…).

– Quelques institutions éligibles pour le CIFRE selon la discipline : sciences de l’éducation > Association d’aide aux enfants ; psychologie > centre hospitalier ; archéologie > cabinet de recherche en archéologie préventive ; théâtre > maison d’édition.

Quelques chiffres : aujourd’hui 4200 Doctorats financés par CIFRE, soit 15% ; 13% en sciences sociales en dur (histoire, arts du spectacle, théâtre…) ; 90% demandes acceptées (1400/1600 dossiers déposés par an) ; 15-20% CIFRE en CDI ; 90% des thèses sont soutenues ; une moitié des contrats avec des grandes structures, l’autre moitié avec de petites structures.

– Pour plus d’informations, est communiqué le lien : http://www.abg.asso.fr/

 

  1. Présentation du « Groupe PSA-Peugeot Citroën » et du réseau StelLab, par Mihai Socoliuc, Responsable des Communautés Scientifiques.

 

En qualité de Responsable des Communautés Scientifiques à la Direction Recherche et Développement, M. Socoliuc a exposé le Groupe PSA – deuxième constructeur automobile européen et important groupe mondial (107 implantations dans le monde) –, en illustrant abondamment l’ingénierie, les marchés stratégiques, les services, les axes de l’innovation sur les futurs 10 années, avant d’aborder la place des Doctorants au sein du groupe et les raisons pour lesquelles ils intéressent les entreprises.

L’innovation s’articule autour du triptyque : clients, environnement et produits. L’excellence et l’innovation d’un côté, l’engagement en matière de mobilité durable de l’autre se trouvent au cœur de la politique du groupe (le véhicule hybride, à la fois carburant et électrique, la voiture connectée communicante/géolocalisation automatique du véhicule en cas d’accident, la création l’an dernier de marques avec services de portage).

 

A divers niveaux du service marketing, l’entreprise fait appel à des doctorants de divers profils, aussi bien des sciences exactes que des sciences humaines (psychologie, sociologie, biologie, sciences de l’information, cognitives ou industrielles…). Les compétences de ces derniers ont des retombées intéressantes dans des champs tels que : la santé et le confort des clients, les matériaux du futur, l’étude de la clientèle et l’analyse des commandes.

La création en 2010 du réseau StelLab et de l’Université PSA – un réseau de 16 OpenLabs et de 7 chairs académiques, aussi bien en France qu’à l’étranger (Chine, Etats-Unis…) – a pour but de rassembler des ressources matérielles et humaines et la communication des savoirs innovants au sein du groupe. Une communauté doctorale qui comptait 70 doctorants CIFRE en 2013.

M. Socoliuc évoque brièvement le déroulement et quelques étapes de la mission du doctorant au sein du groupe (la question de l’encadrement et de la familiarisation avec l’entreprise, de l’évaluation doctorale à mi-parcours, d’un jour hebdomadaire d’action commune, la possibilité de soutenance de thèse en ligne).

 

 

  1. Témoignage de Marie-Laure Cuisance, pour une thèse réalisée par contrat CIFRE

 

Il s’agit de la première thèse financée par CIFRE à l’université de Nanterre, contrat signé avec l’entreprise Axa, pour une thèse en psychologie soutenue en oct. 2016, produite sur 5 ans et à l’issue de 3 années de travail de terrain.

 

La docteure relate son parcours personnel, depuis le Master jusqu’à la fin de son contrat, en insistant sur les moments-clés :

– le comment et le pourquoi du choix de l’entreprise (structure avec un « fond pour la recherche » et habituée au CIFRE) ;

le choix fondamental du sujet, qui nécessite une longue élaboration par des concertations répétées avec les interlocuteurs privilégiés (cadres et dirigeants de l’entreprise) ; la persuasion vient de ce que le sujet est perçu suffisamment intéressant pour être financé.

– l’immersion par tâtonnements et interrogations dans la structure, ensuite la recherche de méthodes de travail appropriées permettant de se familiariser avec les services en même temps qu’accéder aux informations, parfois sous cachet de confidentialité.

 

L’expérience s’avère originale : la docteure évoque « un exercice classique dans un environnement très différent » qui est celui de l’entreprise. Deux langages différents, également. Elle retient surtout « un changement par le bas » dans ses procédés de travail, qui lui a été extrêmement favorable notamment à travers les méthodes de management.

 

 

II.           Table ronde « Ecosystème doctoral et les financements académiques »

 

  1. Présentation de l’écosystème doctoral par Gerard Leboucher, président du Collège des écoles doctorales.

 

a). L’écosystème doctoral. Le Président du Collège des ED a mis en exergue la place centrale du doctorant au sein de l’écosystème doctoral. En tant que partie intégrante de cette large structure, la qualité de sa communication permanente avec les diverses services qui l’entourent et en particulier avec son directeur de recherche lui permettra de faire aboutir son projet de recherche et d’avancer dans des conditions optimales.

Sont évoqués successivement ces environnements d’accueil : depuis les ED, les deux catégories d’unités de recherche (EA et UMR, ces dernières associées au CNRS), les laboratoires et jusqu’à la COMUE, méga-structure qui rassemble diverses institutions d’enseignement et culturelles, dont 6 ED de Paris 10-Nanterre et 4 ED de Paris 8.

Est rappelée la possibilité pour le doctorant de postuler parallèlement à un Contrat doctoral auprès de l’ED et à un Contrat auprès de la Comue, bien que ce dernier s’avère plus difficile d’accès.

Les postes d’ATER/Attaché temporaire d’enseignement et de recherche, valables sur une année et une seule fois renouvelables, sont à envisager plutôt en fin de thèse, lorsque la rédaction est quasi-achevée, en raison du grand investissement que ce poste requiert (192h de travaux dirigés).

 

b). Décrets, arrêtés, circulaires. A enfin été abordée la question de la gestion du temps pour sa thèse, en vertu du dernier décret en date du 27 mai 2016 (consultable par internet) : 3 ans pour les contractuels et 6-7 ans pour les autres, mais non 10-15 ans !

Puis le respect de la Charte de doctorat : veiller à la nouveauté de son travail ; convention précisant les apports des diverses parties ; comité de suivi individuel du doctorant, qui suppose que celui-ci peut exposer son travail auprès d’autres personnes de l’ED.

 

 

  1. Contrats doctoraux et autres aides financières, par Christine Marin, responsable du Service des écoles doctorales.

 

Sont abordées les questions suivantes :

a). La définition et la nature du Contrat doctoral : un contrat passé avec l’université.

 

b). Conditions, mode de sélection et étapes de l’inscription :

  • Etre titulaire d’un Master 2 soutenu de préférence à la 1re session de juin.
  • Etape de montage du projet (au moins 2-3 mois) et de présélection effectuée par concertation entre le directeur de recherche et le laboratoire d’accueil qui transmet les dossiers aux écoles doctorales (entre mars et avril).
  • Le passage devant un jury, début juin, autour de 14 juin (5-10 min d’exposé argumenté du projet et de ses apports et 5 min de questions). Audition qui demande préparation et investissement.

 

c). Les derniers rectificatifs législatifs. Deux changements sont à noter :

  • La rémunération du doctorant contractuel n’est plus mensuelle mais horaire (max. 64h) ;
  • puis, contrairement à avant, un contrat doctoral peut commencer en cours de thèse à condition de ne pas dépasser 1 an (et non plus 6 mois) entre l’inscription en thèse et la signature du contrat.

 

d). Types de subventions allouées au doctorant (85 % du budget de l’ED) :

– Mobilité de formation et de recherche (enquêtes de terrain ou documentaires) ;

– Déplacement scientifique ;

– Organisation d’un séminaire ;

– Pour la soutenance et le voyage des membres du jury ;

– Pour la publication de sa thèse ou d’un chapitre…

(Voir les imprimés sur le site de l’ED – contrats doctoraux et aides accordées).

 

e). Quelques dates à retenir :

 

Mise en ligne des contrats doctoraux

(env. 40/an pour les diverses disciplines) :                           vers la mi-mars (15 mars)

 

Auditions devant un jury :

– ED 138 Lettres, Langues, Spectacles :                              9 juin

– ED Anthropologie, Histoire, Géographie :                          12-13 juin

– ED 139 Connaissance, Langages, Modélisation…:           14 juin

(Et consulter les sites des ED).

 

 

  1. Témoignage de Maud Lemercier, contrat doctoral pour l’ED 139.

 

 

  1. Listing de quelques autres financements, par Frédéric Beaumont, en charge de la mobilité professionnelle des doctorants.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *